Les emballages de fast-foods finissants dans la nature.
© Crédits photo – Olgierd Pstrykotworca

Une bonne partie des emballages utilisés en restauration rapide peuvent être recyclés ou compostés, mais ne le sont pas.

Certains éléments en plastique comme les pailles ou les sachets de sauces doivent être mis à la poubelle.

Un projet de loi concernant les emballages de fast-foods

Un projet de loi californien prévoit d’obliger les chaînes de restauration rapide à utiliser des emballages recyclables ou compostables – et à s’assurer que ces emballages ne finissent pas à la décharge ni dans les égouts. Cela s’appelle la loi sur les emballages de fast-foods et la réduction de la pollution marine.

Le fondateur de ce projet de loi, le sénateur Mark Leno de San Francisco, cite les données de l’U.S. Environmental Protection Agency1 révélant que la Californie produit un million de tonnes d’emballages de repas à emporter par an, et que la plupart sont jetés à la poubelle ou dans la nature. Une étude de l’organisation environnementale Clean Water Action2 démontre qu’environ la moitié des déchets qui jonchent les rues proviennent des chaînes de restauration rapide.

On pourrait donc réduire une bonne partie des déchets en s’attaquant sérieusement aux emballages des fast-foods. Leno affirme que ces déchets bouchent les égouts, polluent l’océan par le biais des écoulements d’eaux pluviales, et que l’assainissement coûte cher à la société.

Son projet de loi obligerait les chaînes comptant 20 fast-foods ou plus, à utiliser des emballages recyclables ou compostables. Il leur imposerait également de récupérer 25% des emballages d’ici 2016, 50% en 2018, et 75% en 2020.

Imaginez la réduction de déchets si 75% des emballages de fast-foods étaient recyclés ou compostés. En Californie, cela pourrait représenter près de 750 000 tonnes de déchets en moins, si l’on se fie aux chiffres de l’EPA.

Les emballages de fast-foods finissants dans la nature.
Une grande partie des emballages de fast-foods peuvent être recyclés ou compostés, mais au lieu de cela, ils sont jetés à la poubelle ou dans la rue. Un nouveau projet de loi obligerait les chaînes de restauration rapide à récupérer un pourcentage croissant de leurs emballages jetables.© Crédits photo – Katerha

Les contraintes de récupération pourraient être la meilleure solution pour réduire les déchets et la pollution marine, étant donné que la plupart des emballages utilisés par les fast-foods – 85% selon une étude sur la décomposition des déchets à Austin, en Californie – sont déjà recyclables ou compostables. Mais cela ne garantirait pas qu’ils soient effectivement recyclés ou compostés.

Les déchets de fast-foods non recyclables comprennent les sachets de sauces, les films plastiques, la vaisselle en plastique, les pailles et autres objets en plastique. C’est donc ce qui devrait inquiéter les chaînes de restauration rapide si le projet de loi est adopté.

Difficilement applicables dans tous les autres états

Même si ce projet ne concerne, pour l’instant, que la Californie, on se demande s’il ne pourrait pas s’étendre aux autres États, puisque les fast-foods sont omniprésents. Mais l’application de ces mesures dans tout le pays pourrait s’avérer trop onéreuse et compliquée ; la réglementation sur le recyclage et le compostage varie d’une région à l’autre. Les chaînes de restauration rapide seraient obligées de trouver des emballages qui satisfassent les différentes réglementations, ce qui pourrait être très difficile pour certains objets.

Le projet de loi est soutenu par la ville et le comté de San Francisco et par de nombreuses organisations environnementales, mais il a également de nombreux opposants, parmi lesquels l’American Chemistry Council3 , l’American Forest and Paper Association4 , le Biodegradable Products Institute5 , la Chambre de Commerce de Californie, le Food Service Packaging Institute6 , et la Western Plastics Association7.

Pensez-vous que ce projet de loi soit viable ? L’adopteriez-vous si cela se passait en France?

Source : OPB.org
Traduction : Magali Bruzzo
  1. (EPA). Organisme dédié à la promotion de la santé des Américains et la protection de l’environnement. NdT.[retour]
  2. Groupe dont les missions sont la protection de l’environnement, la promotion de la santé et l’amélioration de la qualité de vie. NdT.[retour]
  3. Organisation regroupant plus de 150 entreprises du secteur de la chimie industrielle. NdT.[retour]
  4. Organisation regroupant des entreprises qui cultivent des arbres ou travaillent le bois. NdT.[retour]
  5. Association chargée de promouvoir les matières compostables. NdT.[retour]
  6. Organisation regroupant des entreprises qui fabriquent, vendent, ou utilisent des emballages alimentaires. NdT.[retour]
  7. Groupe d’entreprises défendant les intérêts de l’industrie du plastique implantée dans les Etats du Nord-Ouest et au Canada. NdT.[retour]