PLIMC, un bioplastique à partir de pelures d’oranges.

Des chercheurs de l’université de Bayreuth ont développé PLIMC, un bioplastique biosourcé (bioplastique) à partir de pelures d’oranges.

PLIMC, un bioplastique qui aurait des caractéristiques similaires aux plastiques issues de ressources fossiles

Le PLIMC est un polycarbonate produit, par exemple, à partir des pelures issu des biodéchets des producteurs de jus d’orange. Le limonène (C10H16) en est extrait pour être ensuite oxydé et mélangé avec du dioxyde carbone (CO2). Le plastique résultant est dur, résistant à la chaleur et transparent.

Le PLIMC et ses inventeurs

Le PLIMC et ses inventeurs

Plusieurs applications sont pressenties, comme les revêtements hygiéniques pour les contenants alimentaires : en effet le PLIMC ne contient pas de bisphénol A (un perturbateur endocrinien fréquemment utilisé jusqu’à peu pour les biberons par exemple) et sa surface ne laisse pas de prise à plusieurs types de bactéries (comme les E. coli). Par ailleurs, n’étant pas inflammable, il pourrait aussi servir pour des implants en plastique. Enfin, il se décompose naturellement dans l’eau de mer et éviterait ainsi la pollution aux microplastiques.

Le PLIMC n’a pas encore été utilisé pour des applications industrielles, bien que son procédé de fabrication ne devrait pas poser de problème. Il a déjà fait l’objet de deux publications scientifiques dans Green Chemistry et Nature Communications.

LAISSER UN COMMENTAIRE