Les français produisent en moyenne 354 kilos de déchets chacun par an, et consomment 139 litres d’eau en bouteille en plastique. Ces deux chiffres reflètent assez bien la société de surconsommation dans laquelle nous vivons, et pointent du doigt une tendance au gaspillage assez claire. En effet, l’eau du robinet est très bonne en France ! Alors pourquoi payer pour de l’eau en bouteille ? L’infographie ci-après nous en dit un peu plus sur ce problème.

L’eau en bouteille : infographie

Eau en bouteille - Impact écologique

Infographie réalisée par Trade Machines. Machines industrielles d’occasion à vendre.

La consommation d’eau en bouteille représente un désastre pour l’environnement

La production d’eau en bouteille, particulièrement en plastique, est un processus extrêmement énergivore. Entre le transport des matières premières, la fabrication des résines plastiques, le moulage, le nettoyage, le remplissage, l’entreposage, la mise en packaging, et l’acheminement vers les grandes surfaces, on finit par un bilan de 10 cL de pétrole pour chaque bouteille de 1L. Multiplié par les 1 millions de bouteilles vendues dans le monde chaque minute, cela fait beaucoup…

Mais le pire arrive ensuite ! En effet, que faire des bouteilles, une fois qu’elles sont bues ? Les bouteilles finissent aujourd’hui, en France, soit en décharge, soit en incinérateurs, soit en centre de recyclage, soit dans la nature. Et finalement, chacune de ces 4 options posent un problème – plus ou moins important – pour la planète.

Le plastique enfoui peut mettre jusqu’à 1000 ans pour se décomposer et libérera dans le sol des produits toxiques, qui finiront ensuite dans notre assiette. L’Union Européenne tente d’agir face à ce problème, et souhaiterait voir les pays membre adopté une interdiction du plastique en décharge, à l’image de l’Allemagne.

Incinéré, le plastique libérera des toxines dans l’air, participant ainsi à la dégradation de l’air que nous respirons.

La seule solution : le recyclage ?

En mettant notre bouteille d’eau dans la poubelle jaune, nous pensons nous débarrasser du problème. Cependant, il est tout de même utile de rappeler que recycler ses déchets n’est pas une solution en soi – moins consommer : oui. En effet, lors du processus de recyclage intervient souvent le décyclage. Le plastique ne pouvant pas être recyclé en son objet de base – une bouteille en plastique ne peut pas être recyclée en bouteille plastique – il reprendra vie sous un grade moindre – un plastique de plus mauvaise qualité. Au final, le plastique sera de grade si peu élevé qu’il ne pourra plus être recyclé et finira en décharge ou incinéré.

L’eau en bouteille. Quelles alternatives s’offrent donc à nous ?

Au niveau individuel, nous pouvons tous essayer d’adopter une consommation plus responsable, en privilégiant par exemple l’eau du robinet, ou en optant pour les contenants plus durables, comme le verre, recyclable à l’infini.

Heureusement, les entreprises agissent aussi. Notamment, Biocoop ne vend plus aucune bouteille en plastique, et de plus en plus se tournent vers la consigne. Sur ce sujet, nous pouvons largement nous inspirer de l’Allemagne, où toutes les bouteilles en plastiques sont consignées pour au moins 15 centimes chacune. De plus, il est commun de voir dans les supermarchés ces bouteilles plastiques solides, réutilisables plusieurs fois (lavés par l’entreprise puis remis en vente). Alors, qu’est-ce qu’on attend ?