Naturally Clicquot, un emballage isotherme 100% biodégradable | L' EMBALLAGE ÉCOLOGIQUE

Naturally Clicquot, un emballage isotherme 100% biodégradable


Naturally Clicquot. Un étui isotherme pour bouteille, 100% biodégradable.
Naturally Clicquot / 2013

La Maison Veuve Clicquot se met au vert avec Naturally Clicquot.

L’emballage  : « Naturally Clicquot »

La maison Veuve Clicquot Ponsardin du groupe LVMH est en recherche permanente d’excellence et d’innovation. Un nouvel emballage isotherme 100% biodégradable jamais créé en Champagne vient de voir le jour  : « Naturally Clicquot ».

Un emballage composé d’amidon de pomme de terre

Naturally Clicquot. Un étui isotherme pour bouteille, 100% biodégradable.
Naturally Clicquot / 2013

Véritable révolution packaging, ce nouvel emballage conçu par le designer français Cédric Ragot répond à cette volonté d’engagement pour la protection de l’environnement (emballage composé d’amidon de pomme de terre, étiquette 100% recyclable) tout en affichant un design résolument avant-gardiste et industriel.

Facile à emporter partout grâce à sa poignée ergonomique, l’étui peut maintenir fraîche une bouteille de champagne pendant deux heures. Une innovation pratique phare mis en lumière avec créativité par l’agence Fantom.

Découvrez le film eco-friendly de Veuve Clicquot

Visiter le site de Naturally Veuve Clicquot
Source : meltyFood

8 thoughts on “Naturally Clicquot, un emballage isotherme 100% biodégradable

  1. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ! Alors pourquoi créer un emballage (qui plus est pas vraiment reussi) pour un produit qui vit mieux sans… Peut-être le seul moyen que ce géant du luxe à trouvé pour s’offrir une pseudo-conscience écologique !!! Et de plus, il y a mensonge car l’emballage n’est pas 100% biodégradable à cause de l’étiquette et que cette même étiquette ne semble pas être 100% recyclable (encres, vernis, colle)… Et faudrait-il encore que le consommateur se donne la peine de séparer les deux….
    Bref coup de pub et pas plus !!!

    1. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas” Je suis d’accord avec vous. Néanmoins, l’emballage a ici un second rôle : l’isothermie. Je préfère voir de loin ce type d’emballage autour d’une bouteille de champagne que les sacs décoratifs isothermiques de piètre qualité que l’on voyait jusqu’à présent et fabriqués bien sûr à base de pétrole. Quant à l’étiquette, elle est annoncée comme recyclable par son fabriquant. A savoir quelles encres sont utilisées et quels adhésifs, je ne sais pas… Il serait intéressant de poser la question. Ce que je vais faire bien sûr 😉

  2. Mon commentaire était bien évidemment fondé sur une critique constructive. C’est mon lot quotidien…
    En ce qui concerne l’application isotherme de ce type d’emballage… OK, je le conçoit, c’est une belle parade à l’infâme polystyrène expansé. Je conçois moins bien son utilisation associée à une bouteille de Veuve Clicquot… Quoique si si… pour arriver chez des amis avec ladite bouteille sans dire, dès la porte d’entrée passée “Vite, mets la au frais, elle est un peu chaude” Autant pour moi !! ça se tient…
    Mais pour le côté compostable : combien de buveur de Veuve Clicquot entretienne un compost au fond de leur jardin, et si tel est le cas, combien penseront a y “jeter” leur emballage de champagne… Ce qui me gêne donc c’est le décalage entre l’image “éco’responsable” que se donne la marque et le réel ‘impact positif de ce genre de communication…
    Et pour l’étiquette, elle est, comme tous les supports papier, recyclable… Ils génèrent juste plus on moins de “boue” de désencrage en fonction de leur technique d’impression et de finition… Faut-il seulement qu’il soit séparé du reste de l’emballage… Bref vaste sujet que celui de la séparabilité et la recyclabilité de emballage…

    1. Merci pour vos commentaires. Ils sont très pertinents. Même si l’on peut s’interroger sur l’impact positif de ce genre de communication, il m’apparaît toujours intéressant de voir des grandes marques s’intéresser aux problèmes liés à l’emballage même si les solutions choisies ne sont pas les meilleures ou manquent “d’écohérence”. Néanmoins, le consommateur à sa grande part de responsabilité lui aussi et je pense que l’initiative de Veuve Clicquot peut amener à le faire réfléchir. Pour ce qui est de changer ses habitudes, c’est une autre chose… Suite à votre premier commentaire, j’ai contacté Veuve Clicquot via leur formulaire de contact (au sujet de l’étiquette) mais mon message est resté sans réponse jusqu’à ce jour… Je vous tiendrai au courant de la réponse si il y a … Et j’approuve :”Bref vaste sujet que celui de la séparabilité et la recyclabilité de emballage…” Bonne soirée !

    1. Merci pour votre commentaire. Pourriez-vous nous renseigner sur la composition de l’étiquette apposée sur cet emballage, les encres ainsi que les adhésifs utilisés ? J’ai posé récemment la question à la maison Veuve Clicquot mais mon message est resté sans réponse… Merci! Laurent Calvayrac.

  3. Effectivement, il serait intéressant de connaître la plateforme technique de l’étiquette. A ma connaissance, je ne vois pas de solution “100% écologique” fiable pour une étiquette destinée à être mise au frais. Que ce soit une étiquette adhésive ou à colle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Articles récents