Le leader européen de l’emballage plastique ménager se reconvertit dans les plastiques végétaux.


Le leader européen de l'emballage plastique ménager se reconvertit dans les plastiques végétaux.
Le leader européen de l’emballage plastique ménager se reconvertit dans les plastiques végétaux.

Le leader européen de l’emballage plastique ménager cherche à anticiper sur le monde de l’après-pétrole.

Le monde de la plasturgie vire au végétal. En présentant mercredi sa nouvelle gamme « Alfapac vegetal origin », des sacs poubelles fabriqués à partir de canne à sucre, le groupe Sphere, leader européen des emballages plastiques ménagers, a dévoilé une décision stratégique majeure. « D’ici à dix ans nous serons 100 % végétal » a annoncé son PDG John Persenda. Le plastique est aujourd’hui majoritairement fabriqué à partir du pétrole dont il capte environ 4 % de la production mondiale.

Cette faible proportion n’exonère pas les fabricants de réfléchir à l’avenir « qui fera que le pétrole deviendra une matière de plus en plus rare » explique Jean-Marc Nony, directeur du développement durable chez Sphere. Plutôt que d’attendre ce moment qui bouleversera nécessairement son modèle économique, John Persenda explique « qu’il préfère anticiper ».

Qu’ils soient américains ou européens, les fabricants ont, avec plus ou moins d’enthousiasme, également entamé cette évolution. Et si l’on en croit l’association française pour le développement des bioplastiques la production européenne d’agroplastique pourrait atteindre environ 3,7 millions de tonnes en 2015. Contre 260.000 tonnes en 2007, soit 0,5 % du marché total des plastiques.

Mais la raréfaction annoncée de l’or noir n’est pas le seul aiguillon. Les dirigeants de Sphere admettent volontiers « que la réglementation » compte beaucoup. En faisant ce choix stratégique ils anticipent en effet la future obligation qu’auront les vendeurs d’afficher le poids en carbone des produits qu’ils étalent sur leurs rayons. Et les agroplastiques ont de ce point de vue un avantage certain : leur bilan carbone est faible et bien meilleur que leurs cousins d’origine fossile. À moyen terme ils anticipent aussi le durcissement inévitable des contraintes réglementaires qui leur imposeront d’élaborer des produits de plus en plus recyclables voire totalement biodégradables. C’est le cas actuellement en Italie qui a interdit les sacs de caisse non-biodégradables dès 2007. En France en 2006, la loi d’orientation agricole a imposé le même principe. Cependant les décrets n’ont toujours pas été publiés. Des millions de sacs de caisse en plastique « classique », auparavant distribués gratuitement, ont néanmoins été retirés de la circulation par les commerçants.

La stratégie « végétale » du groupe Sphere s’explique enfin par un constat que livre John Persenda et qui peut s’appliquer à bien des secteurs d’activité. « Nous, européens, sommes technologiquement largement en avance sur le reste du monde. Et cette avance est un atout majeur face aux concurrences asiatique et indienne».

Source : https://www.latribune.fr/

Articles récents