La palette de bois : un impact très limité sur l’environnement


La palette de bois
Durée de vie moyenne d’une palette : 7 à 10 ans

Le Sypal, qui regroupe les professionnels du secteur, a présenté les résultats de sa dernière analyse de cycle de vie (ACV).

En avance sur la plupart des ses homologues de l’inter-profession emballage, le Syndicat des industries et des services de la palette (Sypal) en bois a publié les résultats de son étude sur l’analyse du cycle de vie (ACV) d’une palette, menée par l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois Construction Ameublement (FCBA). Une façon pour l’organisme de permettre aux utilisateurs – et ils sont nombreux, sachant que la palette en bois représente 95% du marché – d’intégrer l’impact environnemental de cet emballage de transport dans le calcul de l’impact de leurs produits comme cela sera prévu, à terme, par la loi Grenelle 2.

Une façon aussi de répondre aux attaques, parfois frontales, des matériaux concurrents que sont le carton et le plastique.

Affichage environnemental

L’étude, qui a été réalisée selon la méthodologie du cycle de vie, conformément aux normes ISO 14 040 et selon le référentiel sur l’affichage environnemental des produits de grande consommation BP X 30-323, nous apprend ainsi qu’une palette en bois normalisée – de 800 x 1200 mm -, séchée selon le procédé NIMP 15, et réutilisée 28 fois au cours de ses 8 ans de vie, produit un impact sur le changement climatique de 7,29 kg équivalent CO2, soit les émissions d’un véhicule sur un parcours de 31 km.

« Les étapes de fin de vie permettent d’abaisser de façon importante les émissions. Après avoir servi, la palette peut, en effet, être transformée en panneaux de particules ou en broyât pour alimenter une chaufferie et être valorisée énergétiquement, ce qui limite encore son empreinte carbone », précise Gérard Deroubaix de l’Institut technologique FCBA, co-auteur de l’étude avec Tifenn Guennec.

Ainsi, si une palette bois produit 26,5 kg équivalent CO2 au cours des 8 années de son existence, son recyclage et sa valorisation énergétique permettent de soustraire à ce total 19,21 kg équivalent CO2.

La palette en bois

Dix critères d’impacts environnementaux ont été évalués dont le changement climatique, l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables (gaz, uranium etc.) et l’acidification terrestre, c’est-à-dire la quantité de substances acides dans la basse atmosphère à l’origine des pluies acides.

Il s’agit, bien évidemment, d’une étude « cradle to cradle », prenant en compte l’ensemble des données environnementales liées à la palette, du bois qui sert à la produire jusqu’à l’énergie issue de sa valorisation, en passant par sa fabrication, son transport, son emploi et réemploi, son reconditionnement, son recyclage.

Réchauffement climatique

Une entreprise qui utilise 100 000 palettes en bois par an participe au stockage de 4550 tonnes de CO2 et contribue ainsi à lutter contre le réchauffement climatique. « La palette en bois est de loin la meilleure pour l’environnement », se félicite Jean-Marie Tanguy. Jean Dossin, président du Sypal, d’ajouter : « les palettes en bois ont beaucoup évolué en termes d’éco-conception. Il est désormais possible d’adapter leur résistance, et donc leur poids, à la charge ; de plus, grâce au traitement NIMP 15, désormais devenu la norme, près de 60% du contenu en eau du bois est éliminé ».

Cycle de vie d'une palette en bois

Cycle de vie d’une palette en bois – Emballages Magazine

S’il ne fait nul doute, selon les résultats de cette analyse, que la palette bois possède un impact très limité sur l’environnement, on ne peut que regretter l’absence d’études similaires pour les palettes en carton et en plastique qui permettraient aux utilisateurs de comparer les différentes solutions existantes sur le marché.

Près de 95% des palettes en circulation en France sont en bois, le complément étant justement représenté par des palettes en plastique, en carton ou en métal. On estime que le parc actuel en circulation dans l’Hexagone est de 3 palettes par habitant, soit près de 200 millions de palettes.

Source : Emballages Magazine
Que faire des palettes en fin de vie ? Des palettes recyclées en canapé !
Une Analyse de cycle de vie peut en cacher une autre… Quelques jours après le Sypal, Chep a présenté les résultats de l’analyse de cycle de vie de l’une de ses palettes.
Fait intéressant, le produit pris en considération est quasiment identique. Dans les deux cas, il s’agit d’une palette en bois de dimensions normalisées, soit un standard 1200 x 800, qui est réutilisée plusieurs fois au cours de son existence, réparée pour servir à nouveau, et enfin recyclée ou valorisée par incinération avec récupération d’énergie.
La seule différence concerne le cadre dans lequel cette palette est utilisée : « échangée » dans le premier cas, louée dans le second. Pourtant, les résultats des ACV sont différents.
Ainsi, si la palette du Sypal produit 7,29 kg équivalent CO2 sur l’ensemble de son cycle de vie, la palette de Chep en produit sept fois moins. « Les émissions de gaz à effet de serre de l’un de nos produits sont inférieures à 1 kg équivalent CO2 », assure Juan José Freijo, responsable du développement durable de l’entreprise.

Articles récents