Des sacs en fibre de banane pour remplacer le plastique


[et_pb_section fb_built=”1″ admin_label=”section” _builder_version=”3.22″][et_pb_row admin_label=”row” _builder_version=”3.25″ background_size=”initial” background_position=”top_left” background_repeat=”repeat”][et_pb_column type=”4_4″ _builder_version=”3.25″ custom_padding=”|||” custom_padding__hover=”|||”][et_pb_text admin_label=”Text” _builder_version=”4.2.1″ background_size=”initial” background_position=”top_left” background_repeat=”repeat” hover_enabled=”0″]

Sacs en fibre de banane

Récemment en Ouganda, la forte pollution a provoqué une véritable crise environnementale qui a notamment mené les autorités à interdire l’utilisation de sacs en plastique dans le pays. Une solution écologique et durable a donc été trouvée par un jeune chercheur du pays.

Trop de déchets plastiques en Ouganda

Les déchets plastiques représentent 39 600 tonnes de déchets rejetés annuellement dans l’environnement en Ouganda. Un pays d’Afrique qui compte 37 millions d’habitants. Ce pays est envahi de sacs plastiques, des déchets non biodégradables qui mettent 400 ans pour se décomposer, étouffent la terre et mettent en péril la fertilité du sol.
C’est pour ces raisons que l’autorité en charge de la gestion de l’environnement (NEMA) à interdit, depuis le 15 avril dernier, l’utilisation de sacs en plastique de moins de 30 microns.

Fabriquer des sacs en fibre de banane

Pour contrer ce gigantesque problème, Godfrey Atuheire (un jeune étudiant de 23 ans en science et technologie du bois à Makerere University) a trouvé il y a un peu moins de 10 ans un moyen de fabriquer des sacs plus écologiques, à partir de fibres de banane, disponibles en abondance en Ouganda.
«Généralement, je m’approvisionne des tiges de banane gratuitement dans les marchés publics où ils sont facilement disponibles après élimination. Il est préférable d’utiliser des tiges exemptes de maladies” affirme Atuheire, aujourd’hui âgé de 33 ans. Il a choisi les tiges pour fabriquer les sacs en papier parce qu’elles disposent de fibres de longueur souhaitée, et sont riches en lignine et en cellulose.

Traitement de la fibre de banane

Traitement de la fibre de banane

En investissant et en utilisant une machine qui ne lui a coûté que trois millions de shillings (environ 880€), il peut extraire la fibre de banane de la tige, fibre qui est ensuite lavée, coupée en petits morceaux et chauffée dans des pots pendant trois heures et puis refroidie. Les sacs en fibre de banane obtenus à partir de ce procédé sont rigides et se déchirent difficilement. Comme l’affirme Godfrey Atuheire, «les sacs en papier sont tout ce que les sacs en plastique ne sont pas. Ils sont entièrement biologiques et par conséquent, ils pourrissent très facilement après élimination, ce qui les rend écologiques.

En plus d’apporter une solution intelligente à un problème écologique dans son pays, Godfrey Atuheire apporte également de l’emploi. En effet, celui qui employait six personnes et produisait entre 150 et 200 sacs en plastique par jour il y a encore peu de temps peut aujourd’hui, en conséquence directe de l’interdiction d’utilisation des sacs en plastique, employer 28 personnes et produire plus de 3 800 sacs par jour. Il prévoit même de doubler cette production dans un futur proche, et former des jeunes pour réduire le fort taux de chômage chez les jeunes en Ouganda.

Source : Le Figaro

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Recent Content